la fessée

Croquis pour le numéro 54 de La Grande Oreille, consacré à la méditerranée, en illustration du conte « la fessée » proposé par Magda Kossidas :

« On raconte qu’il était une fois deux bonnes voisines. Chacune avait un fils. La première avait un enfant terrible, un vrai diable. Il ne faisait jamais rien comme tout le monde. Il n’aimait pas aller à l’école, il ne faisait pas ses devoirs, il ne mangeait pas de légumes, il détestait la salade, il ne se brossait pas les dents. Il passait son temps à embêter ses frères, ses sœurs, son père, sa mère et tout le quartier. Il n’en tirait aucune leçon. Il ne tirait pas la chasse d’eau.[…]

Mais les chiens se jettent sur lui, aboyant furieusement, l’attaquent, lui mordent les fesses ! Ils le mordent, comme on mord dans une tomate bien rouge, sucrée et mûrie au bon soleil du sud ! »

graphite sur papier, 2013, jean-loïc nédélec
graphite sur papier, 2013, jean-loïc nédélec

 

 

 

graphite sur papier, 2013, jean-loïc nédélec
graphite sur papier, 2013, jean-loïc nédélec

 

Plastic CowBoy

“le nouveau-né sort en catastrophe du ventre de sa mère, lui tête un litre de lait avant de partir on the road chaussé d’une paire de santiag en plastique, avec la couche aux fesses, un poil sur le coco, un cigare entre les dents, un verre de whisky dans une main et un fusil de cow-boy dans l’autre. Ainsi est né Plastic Cow-Boy. On n’a pas besoin d’en savoir plus. L’important est que l’image du personnage en action soit assez forte pour que, à la seule énonciation de son nom, le spectateur le visualise d’emblée.”
illustration pour l’interview de Jean-Marc Massie à publier dans le numéro 56 de La Grande Oreille

20140213-095451.jpg